Vence

 

Octobre 2015

Le 31 octobre 2015

Dédicace de Pierre Marchou


 

Ce samedi matin, dans les locaux de l’Espace Culturel Leclerc place du Grand Jardin, l’avocat Pierre Marchou, ancien maire de Vence, signe un petit ouvrage en forme d’essai, avec un titre qui va interpeler le lecteur après avoir interpelé l’auteur lui-même : « Est-ce que Vence et Jérusalem ont quelque chose à se dire ? ». Un ouvrage que Pierre Marchou définit ainsi : « Un dialogue entre la petite ville où j’habite et que j’aime, Vence, et une grande ville où je n’habite pas mais que j’aime aussi, Jérusalem ».

 

Suite à la polémique engendrée à la Médiathèque, par le retrait d’un ouvrage pour enfants : « Momo Palestine », des Magrébins représentatifs de leur communauté étaient allés trouver la représentante de la communauté juive de Vence, pour lui dire que, eux, ne prenaient pas partie dans cette affaire qui, par le biais d’internet, avait pris une certaine ampleur. Ils veulent avant tout vivre en paix avec tous les Vençois, de quelque confession qu’ils soient. Comme il semble qu’à Vence la grande majorité des habitants soient de cet avis, la ville devient un exemple qui pourrait inspirer Israël.

 

Malheureusement, dans nos médias, nous n’entendons parler que de drames, provocations, représailles. Et s’il est dramatique actuellement de vivre à nouveau ces moments si difficiles, que l’on appelle « guerre des couteaux », n’oublions jamais qu’il existe de multiples étincelles de vie et d’amitié au-delà de tout. En cela… Jérusalem a beaucoup à nous apprendre dans le « bien-vivre ensemble ».

Raymond ARDISSON

Le 25 octobre 2015

 

32e anniversaire de l'attentat du Drakkar

 

NON  ANTOINE  !

 

Les Vençois ne t'ont

pas oublié

André MARIE

Le 25 octobre 2015

 

Le festival Brin de Culture à la "ferme d'Alain"

 

Cette sympathique manifestation est organisée tous les ans par la Chambre régionale d'agriculture Provence-Alpes-Côte-D’azur et les agriculteurs du réseau « Bienvenue à la ferme », avec le soutien du Conseil régional et de la Chambre départementale d'agriculture.

Dans notre département trois fermes ont participé cette année dont "la ferme d'Alain", propriété de Monsieur et Madame Baudino, située route de Saint-Barnabé au col de Vence.
Au programme : une animation musicale et des chants interprétés par Alegria et Jean-Marie, une exposition de portraits réalisés par la dessinatrice Alegria, et une découverte de la ferme grâce à laquelle enfants et parents ont pu approcher et caresser poules, lapins, oies, chèvres, mais aussi voir le troupeau de différentes races de vaches et le taureau né à la ferme. Les animaux, habitués à ces visites, se laissent volontiers  approcher et une des vaches peut même être chevauchée ! Après la visite, les enfants pouvaient faire des tours de poneys, d'ânes ou de cheval.
La ferme d'Alain organise aussi des visites de deux heures avec animations sur demande, des anniversaires et une nouveauté : ils se déplacent avec quelques animaux dans les maisons de retraite.

Une agréable journée pour petits et grands qui pouvaient aussi se restaurer sur place.

                                                                          Isabelle & Jean Seguin

 

chez Alain BAUDINO

Adresse : La bergerie, 220 route de Saint Barnabé 06140 COURSEGOULES

Courriel : wetta.egly@wanadoo.fr

Tel travail : 04 93 58 15 23

Tel portable : 06 60 20 52 23

 

Le 22 octobre 2015

Rencontre avec Frédéric Pasquini,

artiste-photographe

 

Nous avons rencontré pour Frédéric Pasquini, artiste photographe vençois. Son exposition « Tandem », jusqu’au 30 novembre dans les rues de la ville, donne la vedette à des couples de Vençois, duos étonnants et constitués en un grand ensemble qui donne une lecture en images de ce qu’est le « Vivre ensemble » à Vence. Pas moins de cent photos sur les murs de la Cité historique, une évocation de la diversité ethnique et culturelle, avec l’espérance que ces « mariages improbables et décalés » puissent traiter des relations, de « la diversité, la force trans-générationnelle, le sentiment d’appartenance à un territoire ».

Frédéric nous explique dans cet entretien sa démarche et le processus de création de ce travail artistico-citoyen, assisté de sa compagne, avec l’aval municipal.

L’exposition se tiendra sur les vieilles pierres jusqu’au 30 novembre prochain, alors levez les yeux…

Hélène LEGRIS

Le 16 octobre 2015

MUSIQUE A CŒUR INVITE GILLES APAP ET COLORS OF INVENTION

 

Sur la scène, sages comme deux images, deux instruments : un cymbalum et une contrebasse. Nous sommes tous bien installés à nos places dans la Cathédrale de Vence et nous attendons avec impatience que le concert commence. Et là, une chanson douce… Ah non, c’est juste un portable ! Et Gilles Apap, accompagné de son violon tant aimé, dit en souriant : « Ce serait formidable de vivre une heure et demie ensemble, sans portable, sans caméscope (« Juste le mien, s’il vous plaît !, je chuchote»), sans rien du tout… C’est bien, applaudissez-vous ! ». Philippe Noharet embrasse sa contrebasse, Ludovic Kovac fait bouger les mailloches du cymbalum et les trois gentlemen sont mis en avant par une touche de lumière en plus, l’accordéoniste Myriam Lafargue. Le quatuor à la fois énergique et plein de douceur, s’échappe des compositions classiques pour jouer des musiques traditionnelles…

Un intermède avec les jeunes musiciens de Cantacorda (Ensemble des Conservatoires de Vence et Nice – direction Sylvie Gaglio et les classes TMD, Technique de la Musique et de la Danse, du Lycée Masséna – direction Claude Di Benedetto, professeur d’alto – Patrick Lemonnier) nous apporte de la fraîcheur et, pourquoi ne pas reconnaître, une petite larme de pure joie pour la fin d’une aventure où la passion pour la musique s’entrelace avec l’expérience de Gilles Apap, appelé par Sir Yehudi Menuhin « le violoniste exemplaire du XXIème siècle ».

Une petite note adressée aux mélomanes : pardonnez-moi d’avoir massacré les grands morceaux de musique classique! Mon intention était juste de donner un aperçu de ce programme afin de vous inciter à aller voir un prochain concert.

Natalia Florescu

 

PROGRAMME DE GILLES APAP ET COLORS OF INVENTION

Maurice RAVEL – Fritz KREISLER – Pablo SARAZATE – Traditionnel Celtique

Intermède

Ensemble CANTACORDA 2015

 Oblivion : Astor Piazzola * Liebeslied : Fritz Kreisler * C’est peut-être : Allain Leprest * Libertango : Astor Piazzola * The Entertainer : Scott Joplin – arrangement Claude Di Benedetto

Le 10 octobre

Grande Braderie des Commerçants

 

A l’instar des années précédentes, les commerçants de Vence ont organisé samedi dernier, avec leur association « Les Vitrines de Vence », une braderie dans les rues de la Ville. Pour l’occasion l’avenue Marcellin Maurel était fermée à la circulation, donnant un petit air de fête à la cité. Beaucoup de monde a déambulé dans la ville. Etait-ce dans l’attente de l’inauguration de l’exposition de photos « Tandem » ou pour les bonnes affaires sur les étals des commerçants ?

Bilan mitigé pour la journée, si certains semblent être contents en revanche beaucoup d’autres exposants déclarent que le Vençois se promène mais n’achète pas. A 30, 40 ou 50 € les articles dans des magasins de vêtements, peut-on aussi encore parler de braderie ? J’ai encore en tête mes pérégrinations estudiantines à la braderie de Lille ou l’on s’habillait et se chaussait pour l’hiver avec un billet de 200 F. Ah, c’était le bon temps du siècle dernier…

 

Hélène Legris

braderie005
braderie005

braderie001
braderie001

braderie004
braderie004

braderie005
braderie005

1/5
sunyol008
sunyol008

sunyol007
sunyol007

sunyol001
sunyol001

sunyol008
sunyol008

1/7

Le 12 octobre 2015

 

Peur et piété

 

                La bibliothèque pour tous reçoit Alain SUNYOL, membre de l’Institut d’Archéologie des Alpes-Maritimes, pour une conférence avec diaporama : Peur et piété, instrumentalisation des chapelles peintes du Comté de Nice. Le conférencier va nous faire partager, durant presque deux heures, son regard d’humaniste sur ces chapelles du Comté niçois dont chacune est un véritable livre d’images. Un comté qui est alors partie intégrante du Duché de Savoie.

 

                Ces chapelles ont été peintes entre la fin du XVème siecle et le début du XVIème par des peintres itinérants généralement payés par les paroissiens, et pour les moins exigeants d’entre eux, voire les moins talentueux, par le gite et le couvert. Parmi les plus connus la famille Brea, Giovanni Canavesi dont le frère a peint les fresques de la chapelle St Elisabeth à Vence, et Giovanni Baleison. Ces petits monuments se trouvent souvent à la croisée des chemins muletiers, nantis le plus souvent d’un auvent et de bancs de pierres pour que les voyageurs puissent se trouver à l’abri des intempéries et se reposer.

 

                Ces chapelles ont des fonctions prophylactiques pour les pèlerins. Ils peuvent prier devant ces fresques, se sentir protégés par leur Foi. Certaines sont dédiées à des saints protecteurs en ces temps de grande épidémie, tels Saint Sébastien ou Saint Roch protégeant de la peste, Saint Érige de la lèpre. Longtemps négligées et ayant subi l’outrage du temps - d’autant plus que ces peintures sont souvent à ciel ouvert - aujourd’hui sinon toutes, plusieurs sont protégées et pour les plus belles classées. Explorer ces vallées, visiter ces chapelles dans des conditions infiniment plus confortables que jadis, ne peuvent que nous rendre admiratifs devant ces témoignages de la foi de nos ancêtres.

 

E. Pillard & R. Ardisson

Le 11 octobre 2015

Amnesia de Barbet Schroeder avec Marthe Keller et Max Riemelt

 

1990, le jeune Max, compositeur de musique allemand pose ses valises dans une maison de carte postale près d’Ibiza. Il n’est pas là par hasard, il vient se faire connaître et reconnaître dans le tout nouveau monde de la musique électro.

 

Très vite il va se lier d’amitié avec sa voisine, Martha, 70 ans. On comprend vite que Martha a un problème avec l’Allemagne et les allemands en général, et pourtant elle va se laisser glisser doucement dans une relation intime et troublante avec le (très) jeune garçon.

 

Réflexion sur la colère, le pardon, mais aussi sur les sentiments amoureux et ce qu’ils sont pour nous en fonction de l’âge que nous traversons, ce film est bouleversant de pudeurs qui en disent long.

Barbet Schroeder cinéaste touche à tout et talentueux nous livre à nouveau un très beau film.

 

Hélène Legris

Pierre -Bensaid
Pierre -Bensaid

Thomas-Caroll
Thomas-Caroll

Pierre -Bensaid
Pierre -Bensaid

1/2

Le 11 octobre 2015

« Concert de Musique de chambre »

 

Nous étions quelques 120 spectateurs dans la Cathédrale  Romaine du XI ème siècle de Vence, portés par cette soirée musicale.

Imaginez un instant la cathédrale qui vous ouvre ses portes sur un violoncelliste qui parle à chacune des cordes de son instrument avec vivacité, puis sur la douceur du pianiste qui l’accompagne. Comme dos à dos, leurs mains nous soulèvent dans les airs.

Ce premier morceau met en bouche pour la suite…

Les deux instruments se parlent et le piano intensifie le dialogue entre forte et pianissimo, l’harmonie danse avec les notes qui montent et qui descendent, jouent et glissent, sautillent et s’allongent, se disputent et se charment, pleines de fougue et d’audace…touts les yeux brillent d’émotion.

Puis deux jeunes novices d’une quinzaine d’années s’avancent et entrent en scène, accompagnés par le pianiste qui persiste et signe.

Une écoute de grande qualité règne entre eux, et les âges se confondent car les apprentis musiciens fond preuve d’une grande maturité artistique.

Et pour le final, la réunion des trois artistes attendus : C’était merveilleux de voir comment ces trois interprètes se rencontrent, s’attendent ou se précèdent, domptent la musique frêle et sauvage qui joue avec eux. Nos âmes s’envolent et dansent parmi les vitraux et mosaïque qui traversent les âges. La beauté est là.

Ce fut un instant délicieux, comme en a put attester le silence final, d’une grande intensité, et les 10 minutes d’applaudissements.

Je ressors le sourire aux lèvres, encore plus légère dans cette soirée aux notes de fraicheur automnale.

                                                                                     Delphine GUIRAO

Le 10 octobre 2015

Brame au dessert !

[Delphine Guirao]

 

Samedi 10 Octobre à 18h30, au Col de Vence.

Sortie « Brame du Cerf » avec la LPO Paca (5 rue St Michel à VENCE).

« Tendons l’oreille et percevons les bruits de la nuit… Rut, brame, les sons rauques du cerf en cette période ont de quoi nous faire frissonner… Accompagné par la LPO PACA, partez à la découverte de ces grands mammifères herbivores ! »

 

Le rendez-vous était donc pris pour nous : 18 aventuriers âgés de 1 à 62 ans, habitant entre Vence et Grasse.

Quelle beauté une fois arrivés au sommet : un spectacle grandiose s’offre aux yeux des promeneurs. On y voit une grande partie de la cote d’Azur, de l’Italie jusqu’à Cannes, et parfois même la Corse.

Tout a commencé par un coup de baguette magique qui nous a rendu notre âme d’enfant. Oui mais élèves de la nature !

(...)

 

Le 8 octobre 2015

INAUGURATION DU GUICHET UNIQUE

 

Au 177 avenue Alphonse Toreille et au 2e étage, un guichet unique ouvre ses portes. Au sein du pôle de la vie sociale, ce guichet est un véritable service de proximité permettant en un seul lieu de centraliser tous les services dédiés aux 0 – 20 ans : famille, enfance, jeunesse, éducation. Tous les déplacements et les procédures administratives sont ainsi simplifiés (inscrire son enfant à la crèche, la garderie, l’école maternelle, l’école primaire, la restauration scolaire, les activités périscolaires, le centre de loisirs, passeports vacances et autres événements).

Carole GERBER, Marie France CAUVIN et Brigitte WALLNER vous accueillent les :

LUNDI : 8H30 à 12H & 13H30 à 18H30.

MARDI : 8H30 à 12H & 13H30 à 17H30.

MERCREDI : 8H30 à 12H & 13H30 à 17H30.

JEUDI : 8H30 à 12H - fermé l’après-midi.

VENDREDI : 8H30 à 12H & 13H30 à 17H30.

Tél : 04.93.58.23.70 Courriel : guichetunique@ville-vence.fr

 

PORTAIL FAMILLES :

 

Tout est encore simplifié avec le «Portail Famille » qui permet d’effectuer toutes les démarches administratives, depuis chez soi, à n’importe quelle heure, avec le site de la mairie : http://portailfamille.vence.fr

VIM 05
VIM 05

VIM 02
VIM 02

VIM 01
VIM 01

VIM 05
VIM 05

1/10

Le 9 octobre 2015

Mireille Berrard, piano et pinceaux

 

Le "Coin des Arts" dirigé par Laure Martin accueillait ce soir des œuvres de la double artiste Mireille Berrard en présence de Jacques Vallée, adjoint à la Culture. Double artiste parce qu'au talent de peintre, Mireille ajoutait une passion pour le piano.

Elle nous a quittés brutalement en 2005 et aujourd'hui sa fille, Brigitte Rives, continue à faire vivre pour le plaisir de tous les œuvres de sa mère.

Dans l'interview qu'elle nous a donné, Brigitte retrace le parcours de Mireille et des rencontres qu'elle a pu faire au cours de ses voyages et de ses expositions, dont l'Oranais, tout comme elle, l’écrivain Albert Camus.

L'exposition se poursuit dans cet atelier-galerie. Nous vous conseillons de vous y rendre afin d'admirer la finesse des œuvres exposées et de rencontrer la charmante hôtesse qui, dans la pièce voisine, donne des cours de sculptures.

Marcel Orengo

 

Le site de Mireille Berrard : http://www.mireilleberrard.com/

Le 9 octobre 2015

LE NOMBRE D’OR : Mythe ou réalité ?

 

Résumé de la présentation par Jean-Claude Muzard pour l’Université dans la vie du pays vençois à la Médiathèque Municipale de Vence

 

  • Qu'est-ce que le nombre d'or ?

 

     Nombre d'or, Section dorée, Divine proportion sont des expressions synonymes qui désignent un rapport arithmétique de deux grandeurs. Euclide, au IIIème siècle av. J.C. définissait dans son ouvrage : Les éléments la scission d’un segment en deux parties inégales de façon telle que « la petite soit à la grande ce que la grande est au tout. » 

Une valeur approchée de ce rapport est : 1.618…(nombre irrationnel écrit avec une suite infinie de décimales)

Le " nombre d'or " est souvent désigné par la lettre grecque Phi qui est le début du nom du célèbre sculpteur et architecte du Parthénon à Athènes : PHIDIAS (IVème siècle avant J.C.)

 Phi se retrouve également dans la célèbre série de FIBONACCI, grand mathématicien du XIIIe siècle : progression géométrique qui jouit de la propriété suivante : un terme quelconque de la suite est égal à la somme des deux précédents (suite récurrente.)

   Les planches dessinées présentées lors de la conférence expliquent les tracés géométriques qui mettent en évidence les propriétés du "nombre d'or" à partir du carré, du double carré, de l'équerre 1/2, du pentagone, de l’étoile chère aux Pythagoriciens, du triangle divin, de  la canne des bâtisseurs, de  la corde à  douze nœuds…  

 

2. Historique

   La découverte empirique du Nombre d’or remonte à la plus haute antiquité.

 Dans les monuments antérieurs à la civilisation hellénique, notamment ceux de l'Egypte ancienne, on trouve que les pyramides ont été construites suivant la «  divine proportion ».

Le 7 octobre 2015

Initiation aux premiers secours - nourrissons et enfants

[Natalia Florescu]

En tant que parents, nous sommes toujours à la recherche du meilleur pour le bien-être de nos enfants, nous voulons les protéger en toutes circonstances. Les étagères de nos bibliothèques se courbent sous le poids des textes des spécialistes. On ouvre les pages web des meilleurs sites concernant nos trésors et on coche les choses : fait, pas fait, à revoir… Finalement, tout semble facile tant qu’on n’est pas confrontés aux accidents qui mettent en péril la santé ou, pire, la vie de nos pitchouns. Comment nous réagissons quand la panique nous gagne ? Est-ce qu’on est assez préparés pour affronter une situation d’urgence ?

La crèche « Arman », gérée par la Mutualité Française PACA Services de Soins et d’Accompagnement Mutualistes, en partenariat avec la Mairie de Vence, a proposé aux parents une formation gratuite de prévention et de sensibilisation - « Gestes et 1ers secours » - animée par Jean-Paul Serra (vice-président de la Fédération Française de Sauvetage et de Secourisme). Et je me suis inscrite. Pourquoi ne pas être la maman parfaite ?

Nous regardons les images projetées sur le mur, les chiffres commencent à défiler et nos estomacs sont noués… « En France, on dénombre chaque année 5 millions d’accidents domestiques, dont 15.000 décès. La première cause de mortalité chez les jeunes enfants est due aux accidents domestiques. Tous les jours, 2.000 enfants de moins de 6 ans sont victimes d’accidents de la vie courante, ce qui correspond sur une année à 740.000 accidents ayant motivé une consultation aux urgences. L’intérieur de la maison représente le lieu principal d’accident pour cette tranche d’âge (80%) ».

(...)

 

Le 7 octobre 2015

Réunion préparatoire du Téléthon 2015

 

 « Quelles nouvelles, mes bonnes dames ? - Peu de choses, Majesté ! »  Les généreux bénévoles qui œuvrent pour la solidarité sont souvent les mêmes et l'on connaît bien ceux qui se décarcassent. Déjà 35 associations ont rempli le formulaire. Vite, il faut donner les informations à Leïla avant le 2 novembre pour l'impression des dépliants.

Bref... vendredi 4 Décembre le Conservatoire ouvre la Fête à la Salle Falcoz, puis les activités se poursuivent jusqu'au soir du dimanche 6. Les Brocanteurs du Grand jardin seront là le 18 ou le 25 Octobre à titre préventif météorologique.  Appel à candidature : «  Qui va tenir la buvette le jour de la brocante ? »  Par ailleurs, trouver une salle pour lesdites activités relève de la quadrature du cercle en ce week-end électoral.

Mais on a encore un peu de temps : la prochaine et dernière réunion aura lieu le mardi 3 vovembre à 18 heures à la Villa Berthe.                      

La Courge 

Téléthon-03
Téléthon-03

Téléthon-02
Téléthon-02

Téléthon-01
Téléthon-01

Téléthon-03
Téléthon-03

1/3

Le 7 octobre 2015

KOI 2 9 pour ados

 

Vous êtes intrigués? « KOI 2 9 » signifie «quoi de neuf », c’est une abréviation courante dans le langage des jeunes. Séverine Jeuil et Célia Gena (agents en section jeunesse) ont invité les ados de 12 à 18 ans à la Médiathèque Municipale de Vence pour participer à une animation libre sur tout ce qui est média. C’est un lieu de rencontre, permettant l’échange entre adolescents.

« Miley Cyrus est sensible aux causes humanitaires. », « J’ai même pas envie d’en parler, tellement c’est nul. Je préfère le reggae, le rock. » ou « J’ai vu No Escape au cinéma. », « Ah, ce genre de film… Moi, je regarde la Reine des Neiges.» et tout le monde sourit.

Des sodas, des livres, des films, de la musique que vous avez aimés ou détestés, allez en parler au MédiADO. Le prochain rendez-vous, vendredi 11 décembre, de 17h30 à 18h30.

Natalia Florescu

Le  6 octobre 2015

Vernissage Cagette Extime – Galerie Bleue

[Hélène Legris]

 

C’est à un vernissage pas comme les autres auquel j’ai assisté mardi soir. Loin des codes habituels, loin du monde « classique » de l’art, loin de notre monde à nous, gens « normaux », puisque les artistes mis à l’honneur sont des personnes fréquentant l’hôpital de jour de Cannes, structure nommée Extime (d’où le nom de l’expo) dédiée à des femmes et des hommes souffrant de pathologies psychologiques et psychiatriques.

Cet hôpital de jour a été créé en 1997 et fait suite à un changement de pratique en matière de prise en charge des patients atteints de troubles psychologiques et psychiatriques. En effet la fin des années 80 a été le témoin d’une organisation technique du service public de lutte contre les maladies mentales et de la sectorisation psychiatrique. Dans ce cadre a été préconisée la création d’hôpitaux de jour à l’image d’Extime.

Les activités proposées par le biais de cette structure et du personnel encadrant, Jean-Baptiste Orler, médecin psychiatre, Guillaume Roux, psychologue, secondés par Fabienne et Laurence, infirmières, sont basées sur le principe de catharsis, voire de thérapie que peut être l’art. Quand j’ai demandé au docteur Orler pourquoi, la structure étant basée à Cannes, les travaux de ses patients étaient exposés à Vence, ce dernier m’a répondu : « Parce que Vence est la Cité des Arts et où aurions-nous pu exposer si ce n’est dans la Cité des Arts ? ». CQFD.

(...)

GB-1
GB-1

GB-2
GB-2

GB-8
GB-8

GB-1
GB-1

1/8

"YOUTH"

de Paolo Sorrentino (avec Michael Caine, Harvey Keitel, Rachel Weisz et Paul Dano)

[Hélène Legris]

 

Ce film est à l’affiche dans le cadre de la programmation Culture et Cinéma, programmation est-il nécessaire de le rappeler, d’une grande qualité.

Michael Caine y est magistral, mais Michael Caine est toujours magistral ce qui est plutôt rare vu la profusion de films dans lesquels il est à l’affiche depuis les années 50 (ok, on oublie les Muppets et Les Dents de la Mer).

Harvey Keitel, ou plutôt Haaaaaaaaarvey Keitel (pardon mais depuis La Leçon de Piano je suis amoureuse de cette bête de scène) garde cette fraîcheur dans son jeu même en prenant de la bouteille.

Car c’est bien de cela dont il s’agit dans ce film, très beau et très drôle à la fois, sur les corps qui vieillissent plus vite que l’esprit. Corps magnifiés par la caméra de Sorrentino qui, loin du voyeurisme dans lequel certains sombrent pour nous rendre spectateurs de la déchéance de la chair, célèbre la patine du temps sur des corps qui seraient les écrins de l’âme.

Des dialogues fins et subtils, une photographie presque onirique, où les paysages des Alpes suisses servent de décor à une galerie de personnages séjournant dans une pension médicalisée, qui tient plus de l’hôtel de « Shining » que d’un palace et qui se croisent, s’étudient et s’observent.

(...)

Le 5 octobre 2015

Signature de la Convention entre la ville de Vence et l’Université de Nice Sophia-Antipolis

et accueil de la promotion Arman

 

Depuis 2012, la ville de Vence a signé une convention avec l’Université de Nice-Sophia-Antipolis, en faisant une ville-universitaire. En effet, un cursus en Histoire de l’Art, Patrimoine et Archéologie a été créé et les cours d’Histoire de l’Art ancien et moderne sont donnés à la médiathèque municipale.

Après la promotion Matisse en 2012, la promotion Sosno en 2013 et la promotion Robert Pagès en 2014, c’est la promotion Arman qui a été accueillie ce lundi à la mairie, en présence de Mr le maire, Loïc Dombreval, de Corice Arman, veuve de l’artiste, de Jean-Baptiste Pisano, docteur en Histoire et Maître de conférences au Département d'Histoire de l'Université de Nice-Sophia Antipolis et de Sophie Raisin-Tani, vice-présidente de la Commission Formation de l’Université de Nice-Sophia-Antipolis.

Dans cette promotion, forte de sa quarantaine d’élèves d’horizon et d’âge différents (4 continents représentés de 20 à 50 ans), plusieurs places ont été réservées comme chaque année à des résidents vençois à un tarif préférentiel. Saluons cette initiative qui permet à tous de s’instruire, de se cultiver, voire de reprendre des études. Après les discours de rigueur, les élèves, professeurs, élus et édiles locaux se sont réunis autour d’un buffet. L’occasion d’échanger avec Corice Arman, épouse de notre grand artiste local, d’une simplicité et d’une gentillesse rare.

Bon courage à nos étudiants et que perdure longtemps cette belle initiative mettant au centre de l’enseignement l’amour et la découverte de notre merveilleux patrimoine.

 

Hélène Legris

1ère partie

2de partie

Le 4 Octobre

Huis Clos à l'Avant-Scène

 

«  L'enfer, c'est les autres » tout le monde sait ça, surtout quand le petit dernier a cassé le vase de Soissons. De la déculpabilisation si chère aux psychanalystes à la métaphysique existentialiste théâtralisée par Jean-Sol Partre, il y a un gouffre. Et c'est pour éviter d'y cheoir qu'une troupe venue d'ailleurs joue «  Huis Clos » au théâtre de l'Avant-Scène. Nikita Gassot est Estelle, Laure Gauffridy-Louis est Inès et Jean-Marc Taïana est Garcin. Alain Illel a réalisé la mise en scène. Un public conquis de spectateurs amateurs de théâtre a su apprécier une réalisation originale et accessible.        

La Courge

Le 3 octobre 2015

Des contes… malléables

[Natalia Florescu]

 

Les Nouvelles Activités Périscolaires, les NAP, ont suscité bien des commentaires, mais ce samedi 3 octobre, elles ont occasionné une belle découverte. À la Médiathèque de Vence, en présence de Catherine Le Lan, adjointe déléguée à la Famille, l’Enfance, la Jeunesse et l’Éducation et de Jacques Vallée, adjoint délégué à la Culture et au Patrimoine, on a pu assister à une projection des films d’animation effectués dans le cadre des NAP aux écoles Toreille et Saint-Michel, l’année scolaire dernière : « Le Petit Chaperon rouge », « La Petite Fille aux allumettes », « Le Chat botté », « Naï l’esquimau » et « Le jeune homme aux pendants d’oreille en argent ».

L’atelier « Contes et cinéma » dirigé par Séverine Préhembaud (Association Art Sept) a permis aux enfants des classes de CE2, CM1 et CM2 de découvrir une partie du monde du septième art : «Il y a eu cinq cycles, donc cinq films, à partir des contes plus ou moins connus. L’idée était de faire un conte des contes et arriver à réaliser un film assez  artisanal.

(...)

3
3

1
1

6
6

3
3

1/6

 

3 octobre 2015

 

"Les années folles cabaret" à l'EHPAD la Vençoise

 

"Toi qui m'aimais tant, je le trouvais le plus beau de St Jean......"

Et voilà, le ton est donné!

En ce samedi après-midi, la troupe AVH de M. Serge Serra est venue proposer aux résidents de la Vençoise son dernier spectacle " Les Années Folles, Cabaret".

Au fil des chansons françaises et internationales, les chanteurs de la troupe, accompagnée de leurs amis danseurs Huguette et Michel, ont fait passer un merveilleux moment à leurs spectateurs, venus très nombreux dans la grande salle d'animation de l'établissement. Cette sympathique troupe, présentant régulièrement ses spectacles aux résidents, est toujours la bienvenue.
Chanteurs, danseurs et spectateurs partagent ainsi de très bons moments !

Magali Seguin

 

Le 3 octobre 2015

L’Ensemble Vocal Aventurine

[Nelly Orengo]

 

                Septembre 2010, depuis quelques temps déjà ce groupe d’amies s’exerce au contrôle de la Voix, la leur en l’occurrence, dans plusieurs chorales dont Syrinx. Tout est prêt pour se lancer dans l’aventure vocale sous leur propre identité, elles créent donc à Vence l’Ensemble Vocal Aventurine, du nom d’une pierre semi-précieuse. Bleu, vert, orange, rouge, cette pierre peut revêtir différentes robes, et de même sera le répertoire de ces dames : de la liturgie russe au romantisme, de la chanson française à la musique sacrée ou profane, elles interprètent même une messe avant-gardiste de Poulenc, car rien ne les effraie, elles se jouent des difficultés ayant plusieurs cordes à leur portée. Elles chantent dans la chapelle Matisse, la cathédrale de la Nativité à Vence, à Festi’Vence, Nice…

 

                Mais qui sont-elles ? Sous la direction de Natasha Shekhovtsova-Buttet - diplômée à Saint-Pétersbourg en piano et musicologie, par ailleurs professeure de piano et de chant au Conservatoire de Nice

(...)

Les 2, 3 et 4 octobre 2015

Vence – Mouans-Sartoux

En ligne directe.

[Yves Ughes]

 

Ce week-end s’est tenu le festival du livre de Mouans Sartoux. Le 28ème du nom.

Mouans-Sartoux entre Grasse et Cannes…Nous ne sommes donc pas dans le pays Vençois. Pourquoi dès lors un article dans Vence-Info-Magazine ?

 

La raison en est simple : Vence rayonne et ses rayons culturels s’exportent. Le festival  a vibré au nom de notre ville, à plusieurs reprises.

 

 

Léa Raso et les mystères de Saint Paul.

Tout le monde connaît Saint Paul ! Vraiment ? Certes, les remparts, le point de vue, la réputation. Avec le livre de Léa Raso Della Volta, on change radicalement d’approche, son Saint Paul de Vence, guide insolite et mystérieux*, donne à cette ville une ampleur et une profondeur insoupçonnée de la plupart d’entre nous. Intra muros tout change ;  se révèle et se dévoile un passé traversé par François 1er, les Templiers. Au détour d’une venelle passent les alchimistes. Quand on sait les regarder, les pierres nous parlent de ces présences. Léa Raso mêle le visible et l’invisible, elle relie le passé au présent par le mot « magie ». On sort de cette lecture étonné par les découvertes faites…et dire qu’elles étaient à portée de regard. On comprend que même le regard a besoin d’être formé. Cet ouvrage consacré à Saint Paul est de nature à l’exercer, il en intensifie la perception et l’acuité ; il nous incite à de nouveaux parcours. « loin de la carte postale glamour qui colle à sa réputation, émerge le Saint Paul authentique ».

(...)

Mouans2
Mouans2

Franta4
Franta4

Mouans8
Mouans8

Mouans2
Mouans2

1/9

Le 2 octobre 2015

Vernissage de l'exposition "Jalousies" d'Adel Abdessemed avec la complicité de Jean Nouvel au château de Villeneuve

{Hélène Legris]

 

Qui a peur du Grand Méchant Art Moderne ?

 

Le 2 octobre 2015 le château de Villeneuve ouvrait ses portes au public pour le vernissage d'une exposition majeure compte tenu de la notoriété de l'artiste. Adel Abdessemed et Jean Nouvel présentent une sélection des œuvres de l'artiste au musée de Vence jusqu'au 17 janvier 2016.

 

Adel Abdessemed est un artiste d'origine algérienne, né à Constantine en 1971 il intègre en 1986 l'École régionale des beaux-arts de Batna qu'il quittera en 1994 suite à l'assassinat de son directeur. L'Algérie sombre dans une folie meurtrière et fanatique qui conduira l'artiste à exprimer à travers son œuvre toutes ces violences subies de manière plus ou moins directe dans la première partie de sa vie. Il intègre ensuite l'École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon. Aujourd'hui il partage sa vie entre Londres et Paris et expose à la prestigieuse galerie Zwirner à Londres.

 

Artiste très controversé, adulé ou détesté il est certain que son œuvre ne laisse pas indifférent. Soutenu depuis toujours par François Pinault, d’aucun pense qu'en respectant scrupuleusement les codes de l'art contemporain, notamment en trouvant une résonnance toujours d'actualité dans le message de ces œuvres, il y perd un peu son âme.

 

L'exposition "Jalousies" a été entièrement agencée par le célèbre architecte Jean Nouvel concepteur du fameux Institut du Monde Arabe à Paris. Elle s'articule selon le thème de prédilection de l'artiste autour de différentes visions de la violence de notre société.

 

Ainsi,  Cri (2012 - Ivoire) représentant cette  photo mondialement célèbre

(...)

Vidéo : France-Hélène

P1520301
P1520301

P1520302
P1520302

P1520345
P1520345

P1520301
P1520301

1/11

Ph : Simon Pégurier

Le 2 octobre 2015

Le Génocide Arménien

Dans le cadre de l’Université dans la vie du Pays vençois, le professeur Derlange de l’Université de Nice propose une conférence sur le génocide arménien. Cette année, c’est le triste anniversaire des 100 ans de ce tragique événement.

Au début du XIX siècle, la majorité du peuple arménien se trouve dans l’Empire Ottoman essentiellement dans 7 provinces. Lorsque débutent les premières exactions, on en recense sur le territoire de ce qui est aujourd’hui la Turquie environ 3.000.000 et autant de Turcs. En 1894, 750.000 ne sont plus comptabilisés, partis en exil suite à la  situation dans le pays, avec de multiples contraintes et interdictions qui font des Arméniens des citoyens de seconde catégorie.

L’Empire Ottoman tombe en décadence et en 1821 la Grèce se retrouve indépendante. En 1877 la guerre se déclare entre la Russie et la Turquie, et va durer une année. La Turquie est battue, le Traité de San Stefano accorde l’indépendance au Monténégro et à la Serbie, essentiellement composés d’Arméniens. Ces derniers espèrent voir bientôt ces territoires déclarés indépendants, d’autant plus que par l’article 16 du traité, il leur est promis des réformes assurant la protection des habitants. Mais l’Angleterre, l’Allemagne et l’Autriche voyaient d’un mauvais œil cette indépendance prévisible. Au congrès de Berlin le traité de San Stefano est révisé. Par un subterfuge de l’Anglais Salisbury, l’article 16 devient 61. La reforme devient dont très aléatoire.

Les persécutions contre le peuple arménien reprennent. Le Grand Vizir déclare : « Aujourd’hui, l’intérêt de notre pays exige d’être à l’abri de toute intervention étrangère, et pour que tout prétexte soit banni, nous, Turcs et Anglais, allons supprimer et faire disparaitre à jamais le mot Arménie ».

La voie est alors libre pour les massacres de ce malheureux peuple, par les armes et la famine, malgré une tentative de défense de leur part. Ces exactions vont se poursuivre jusqu’en 1916. Elles vont coûter la vie à environ un million deux cents mille hommes, femmes et enfants.

La reconnaissance de ce génocide fait encore débat aujourd’hui. Le parlement de 24 pays l’a reconnu, mais la Turquie, elle, continue à réfuter le terme de génocide, se contentant de parler de « massacres sporadiques » ou de déportations rendues nécessaires par les circonstances d’alors.

Le professeur Derlange, par sa connaissance du sujet, a su passionner son auditoire assez nombreux malgré la pluie et la défection de son ordinateur qui nous a privés de l’illustration de ses propos.

Raymond ARDISSON

 Photos R.A./Internet

Armenie1
Armenie1

Armenie2
Armenie2

Armenie1
Armenie1

1/2